Axe 4 : Favoriser l’emploi et accompagner la mobilité de la main d’œuvre

Budget

Le budget de l’axe s’élève à 13 millions d’euros de fonds FEDER et 10,6 millions de francs suisses.

Objectifs recherchés

La compétitivité des territoires est conditionnée par de nombreux facteurs parmi lesquels l’accès aux services par la population et les entreprises, l’accès aux marchés de l’emploi.
Ces facteurs jouent un rôle primordial également en termes de cohésion sociale.
L’ambition du programme est d’améliorer ces facteurs et démultiplier les actions engagées dans le précédent programme Interreg 2007-2013 à travers deux objectifs :

  • le soutien aux services de proximité dans un but économique;
  • le soutien aux actions communes pour renforcer l’accès aux marchés de l’emploi.

Objectif spécifique 8 : Soutenir le développement de services de proximité dans l’objectif de favoriser l’activité économique

L’espace de coopération est un territoire relativement bien intégré, cependant l’effet frontière entraîne certaines problématiques spécifiques, notamment des difficultés en termes de coopération administrative et juridique. Au delà de la mise en réseau transfrontalière de services déjà existants, l’ambition du programme est d’encourager la définition et la création de nouveaux services transfrontaliers innovants et de qualité. La mise en oeuvre des TIC sera particulièrement encouragée afin de rendre certains services plus accessibles et innovants.

Il s’agit dans cet objectif spécifique de :

  • garantir et d’améliorer la qualité de vie dans l’espace de coopération en renforçant l’accès à des services à la population transfrontaliers (santé, actions sociale, loisirs, insertion, TIC…) et ce, dans l’objectif de stimuler le tissu économique et la création d’emploi ;
  • répondre aux besoins des entreprises en matière de services de proximité. Ces projets devront s’inscrire dans une dynamique locale visant le développement de l’économie de proximité.
  • Création et développement de services à la population :

Analyse des besoins de la population en termes de services pour une offre adaptée;
Mise en réseau des services à la personne, mutualisation des équipements et des ressources humaines;
Soutien aux actions de création et de développement de services visant à améliorer la cohésion sociale et territoriale à travers notamment l’économie sociale et solidaire;
Actions favorisant le recours aux recours et l’usage des TIC pour les services à la population;
Création d’espaces publics numériques mobiles, mise en place de plateformes mutualisées d’information et d’outils communs;
Actions de santé.

  • Création et développement de services aux entreprises :

Mise en réseau des services aux entreprises, mutualisation d’équipements et de personnes;

Soutien aux actions d’assistance juridique, formation et conseil à destination des entreprises;
Faciliter l’usage des TIC au sein des entreprises;
Soutien aux actions relevant de l’économie sociale et solidaire;

Développement de nouveaux services aux entreprises.

 France :

  • Entreprises, associations, coopératives, organisations d’employeurs
  • Collectivités et leurs regroupements, établissements publics, État
  • Organismes transfrontaliers publics
  • Chambres consulaires

 Suisse :

  • Collectivités publiques
  • Établissements publics et privés
  • Entreprises
  • Associations

 France : taux de cofinancement maximal de 75 %

 Suisse : taux de cofinancement maximal de 50 %

Objectif spécifique 9 : Mettre en œuvre des actions communes pour renforcer l’accès aux marchés de l’emploi

Les particularités des systèmes de formation de part et d’autre de la frontière freinent la reconnaissance
professionnelle et l’accès à l’emploi.
De plus l’évolution des métiers nécessite une adaptation permanente des compétences. Pour que l’offre en ressources humaines corresponde au mieux aux besoins des secteurs économiques cet objectif spécifique vise à :

  • Mieux identifier et faire connaitre les métiers et compétence dans les secteurs qui recrutent et notamment les secteurs en tension ;
  • Développer des applications informatiques permettant le suivi des parcours de formation des adultes ;
  • Valoriser les acquis de l’expérience (faire reconnaître et valider les compétences et qualifications des actifs selon les titres et diplômes transfrontaliers communs) ;
  • Favoriser les actions destinées à améliorer le rapprochement entre acteurs publics et privés de l’emploi, de la formation, de l’insertion et de l’orientation ; notamment entre les employeurs et les demandeurs d’emploi et entre organismes de formation et milieux économiques.

L’objectif visé est d’améliorer la lisibilité du marché du travail en rapprochant les organismes impliqués ainsi que par une reconnaissance commune des qualifications professionnelles.
Le développement d’outils de gestion des ressources humaines et d’anticipation des mutations économiques pourra être soutenu.

  • Meilleure connaissance réciproque du marché du travail :

États des lieux, observatoires de l’emploi et des conditions de travail, études, diagnostics;
Mise en réseau des acteurs transfrontaliers intermédiaires « clés » dans le domaine de l’emploi, échanges de bonnes pratiques;
Information sur la législation en vigueur de part et d’autre de la frontière, formations et actions communes de communication et d’information (site internet, brochures etc.);
création de réseaux de connaissance et d’information.

  • Coopération dans le domaine de la formation et la gestion des ressources humaines :

Expérimentation et démultiplication d’une dimension transfrontalière de la démarche de formation en alternance, amélioration ou création de procédures pour la reconnaissance de diplôme et la VAE;
Mise en réseau, mutualisation des centres de formation au niveau des locaux, des équipements et de l’offre de formation en transfrontalier;
Formation des personnes (entreprises avec des besoins de mise à niveau de main d’oeuvre pour une meilleure qualification);
Développement d’applications informatiques permettant le suivi des parcours de formation des adultes;
Formation pour développer la polyvalence, répondre aux difficultés posées par le travail saisonnier et permettre la reconversion des employés touchés par des pertes d’emploi sur la zone frontalière.

 France :

  • Entreprises, associations, coopératives, organisations d’employeurs, regroupements d’entreprises, clusters…
  • Collectivités et leurs regroupements, établissements publics
  • État
  • Organismes transfrontaliers publics
  • Chambres consulaires

 Suisse :

  • Collectivités et établissements publics
  • Offices régionaux de placements, services d’orientation professionnelle
  • Observatoires statistiques
  • Entreprises, associations, chambre de commerce

 France : taux de cofinancement maximal de 75 %

 Suisse : taux de cofinancement maximal de 50 %

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×